La vie est une belle expérience

Voilà quelques semaines que je réfléchis à un article sur la notion d’échec dans la vie. J’ai d’abord réfléchi à un titre comme: « La vie n’est pas un fleuve tranquille ». Finalement j’en suis arrivée à la conclusion que l’échec est positif et devrait être envisagé comme une expérience formatrice.

Ce billet a été inspiré par l’article du blog Une chic fille. Lire ce genre de récit m’a vraiment boosté, surtout en ce moment où je fais le bilan de deux années ponctuées d’échecs et de réussites.

1.Tu as le droit de rebondir !

J’ai mis longtemps à comprendre qu’on avait le droit de rebondir après un refus, une mauvaise note ou un échec professionnel. Il m’a toujours été difficile d’accepter que j’avais le droit de me tromper en classe pour avancer. J’ai toujours préféré le mutisme à une faute à l’oral. Je pensais qu’il fallait être parfaite. Pourtant en ayant été sportive de haut niveau, j’ai connu de nombreux échecs dans ma jeunesse. Encore aujourd’hui dans les conversations entre amis, on évite d’aborder les difficultés dans nos vies quotidiennes en se concentrant sur le positif, comme si c’était une honte d’évoquer des émotions fragiles. De part mon expérience, je sais maintenant que dès la seconde où j’ai commis une erreur, j’ai droit à un second souffle pour avancer.

Ile de la Réunion

2. N’ayez pas peur du regard des autres !

En analysant mes émotions face à l’échec, je me suis rendue compte que j’avais très peur du regard des autres. J’imaginais des scénarios dans ma tête. Au lendemain du jour où j’ai été virée sèchement par mail, le monde autour de moi s’est écroulé. Suis-je considérer comme nulle à l’égard de mes proches? J’avais déjà tout faux dans ma vision de voir les évènements. J’exprimais ma peine sur Facebook pour faire part de mon injustice. Le milieu de la mode peut être parfois virulent et on ne vous fait pas de cadeau. D’autant plus quand on travaille dans un pays où les droits de l’homme sont régulièrement bafoués: « Oubliez votre contrat ». Même si j’avais des amis sur place pour me soutenir et inciter à aller de l’avant, je me suis sentie extrêment seule. Mais je me suis vite rendue compte que mes amis me soutenaient vraiment dans cette situation et que je n’étais pas finalement une moins que rien à leurs yeux.

Top

3. Tu es maître de ton destin !

Même si certains d’entre eux ont pu penser que j’étais en situation d’échec, c’était à moi de prendre conscience que je n’étais pas nulle. L’échec ne vous empêchera pas d’avancer. J’étais plus à même d’évoluer que ceux qui me jugaient négativement. D’ailleurs, 3 semaines plus tard je retrouvais du boulot dans le même domaine. Ce qui m’a aidé est de percevoir le temps comme un lieu de création et d’action. « Ok, je ne suis peut-être plus en phase avec mon ancien patron, mais je ne manque pas de ressources et peut-être que je peux innover, inventer et même rebondir ». Cette expérience m’a aussi fait comprendre mes erreurs et je sais que plus tard elle sera une source d’inspiration et m’aidera à ne pas répéter les mêmes schémas.

Coucher de soleil

4. Regarde autour de toi!

Avec du recul, c’est étrange d’être virée au Cambodge du jour au lendemain. Tu mets toutes les affaires de ton ancien boulot dans un tuk-tuk en pleurant et en pensant que c’est la fin du monde. Autour de toi, il y a partout des touristes souriants qui vont visiter les temples. Il fait très beau. Le lendemain tu te réveilles avec la gueule de bois, mais les enfants de ton quartier te disent avec un énorme sourire « Helloooo!!! ». Les chiens te regardent toujours avec le même air blasé et ton conducteur de moto-taxi (parce que ton vélo t’a aussi lâché à ce moment là) te propose la course gratuite après que tu lui dises: « I lost my job, I have to walk ». Tu prends ton café à la boulangerie du coin et tu respires cette sensation de liberté, cette même sensation qui tu as ressenti en quittant ta zone de confort, en posant les pieds sur le tarmac de l’aéroport à ton arrivée au Cambodge. A ce moment là, tu comprends que ce n’est pas grave et finalement que la vie continue.

Kampot